Blog

Bienvenue sur le blog ! C’est l’endroit idéal pour explorer des sujets de fond sur le community building, choper des conseils sur l’animation de ta communauté, ou apprendre de nouvelles astuces sur Discord !

Ne confiez pas la gestion de votre communauté à la première personne venue

par | 11 Mar 2022 | Technique & outils

Vous vous souvenez sûrement des réactions face à l’arrivée du social media management en entreprise.

« Les réseaux sociaux ? Ha ha, on n’a qu’à filer cette mission aux stagiaires ! »

Comme si le métier était si facile à improviser, de surcroît pour de jeunes recrues censées apprendre découvrir un nouveau secteur.

 

L’autre option souvent plébiscitée : ajouter ça aux missions d’un membre de l’équipe dont ce n’est pas vraiment le métier.

🥲 Puisqu’il arrive encore d’entendre encore ce genre de discours vis à vis de la communication, on se doute bien que pour un métier aussi “nouveau” que la gestion de communauté privée, c’est pire.

Enfin, « nouveau », tout est relatif.

 

Si on n’improvise pas la création de contenus sous prétexte qu’on sait poster ses photos de vacances sur Instagram, on n’improvise pas non plus la gestion d’une communauté sous prétexte qu’on sait répondre à des messages.

Si j’ai bien un conseil à vous donner, c’est celui-ci :

Ne faites pas reposer le poids d’une communauté sur la première personne venue.

Si vous vous demandez pourquoi ⤵️

Vous risquez d’épuiser la personne

On ne réalise pas, à moins d’y être directement confronté·e, la charge de travail inhérente à la gestion d’un groupe de personnes en ligne.

Il ne s’agit pas juste de modérer un espace en supprimant les commentaires indésirables et en répondant çà et là aux questions des gens. Parmi les nombreuses missions qui attendent un community builder on retrouve :

  • La définition de la stratégie communautaire ;
  • Le paramétrage et la maintenance des outils (plateforme, mailing, automation, outil tiers…) ;
  • Le suivi des membres ;
  • La rédaction de contenus dédiés à la communauté ;
  • La création et l’animation d’événements et autres activités ;
  • Des éventuelles analyses de données…

Sans compter les interventions régulières dans la communauté pour effectivement modérer, et discuter avec les membres.

Ce serait donc tentant de se reposer sur la personne ou l’équipe en charge du marketing et de la communication. Après tout, les domaines se chevauchent sur certains aspects.

Néanmoins, si on réfléchit à la situation de manière objective : ont-elles vraiment le temps et les ressources nécessaires ?

Vous risquez de ne pas savoir où aller

Je citais la stratégie comme l’une des premières missions du / de la community builder. Même si je sais que ça peut surprendre, je vous assure que toute communauté professionnelle en a besoin pour être pérenne.

On ne peut pas se contenter d’ouvrir un espace et de croiser les doigts pour que tout fonctionne comme on le souhaite.

Il nous faut au préalable fixer ses objectifs ainsi que savoir pourquoi on le fait, pour qui, et où on va.

 

Avoir une stratégie, ça rend la communauté superficielle ?

Alerte fausse croyance.

C’est comme dire qu’un calendrier éditorial nous empêche d’être spontané·e sur les réseaux sociaux.

C’est trop difficile, sur le long terme, de naviguer à vue. A mesure que votre communauté va se développer :

  • vous ne saurez plus comment gérer l’arrivée de nouveaux membres ;
  • vous n’aurez peut-être pas de cadre clair dans lequel les accueillir ;
  • vous aurez plus de mal à percevoir dans quelle mesure votre communauté s’inscrit dans votre stratégie globale.

La stratégie donne un cadre qui permet justement de rester spontané·e, car on sait derrière que tout repose sur des bases solides, qu’on est capable de réévaluer en toute sérénité.

S’il n’y a personne qui s’investit pour l’établir ou pour surveiller son bon déroulement, ça complique les choses.

A terme, en plus de voir la communauté s’essouffler, vous vous exposez à la potentielle déception de vos membres.

 

Vous risquez de négliger votre communauté

Difficile de lancer une communauté et de la laisser tourner en tâche de fond.

On ne peut pas automatiser les réponses aux discussions, ni chercher à faire grossir le nombre de membres à tout prix.

Il est nécessaire d’y dédier du temps humain.

👉 Dans une semaine de 35h, c’est normal qu’une personne dont ce n’est pas la priorité finisse par reléguer la communauté au second plan.

👉 Sans stratégie claire (même si vous la construisez au fur et à mesure), c’est normal que la motivation et l’envie en pâtissent.

Si vous en avez la possibilité, je vous encourage donc à accorder du temps et des ressources à la création et la gestion de votre communauté.

Ça ne veut pas dire que vous devez recruter une équipe de dix personnes mais plutôt qu’il vous faut :

  • Évaluer les ressources humaines et financières à votre disposition ;
  • Prioriser ce qui doit l’être ;
  • Faire de la gestion de communauté une vraie mission si tel est votre objectif.

Vous souhaitez confier une partie de cette mission à des stagiaires ou alternant·e·s ? C’est super, à partir du moment où ils et elles sont correctement accompagné·e·s dans leur apprentissage 🤗

 

Si vous voulez savoir si le moment est venu ou non de lancer votre communauté, je vous invite à faire un tour par ici.

Découvrir les autres conseils

Bienvenue sur le blog ! C’est l’endroit idéal pour explorer des sujets de fond sur le community building, choper des conseils sur l’animation de votre communauté, ou apprendre de nouvelles astuces sur Discord !

J’ai testé pour vous: me former au community building

J’ai testé pour vous: me former au community building

Je lorgnais dessus depuis des mois quand j’ai décidé, en janvier 2022, d’investir dans C School, un programme américain de trois mois pour apprendre les fondamentaux de la gestion de communauté. Après cette belle aventure faite de rencontres, d’apprentissages et de...